MANEROS PRODUCTION

association bruyante

02 février 2009

Megasushi au motel le 21 juin 2008

Oui...ça date.....mais cette chro dormait dans un tiroir, donc on la publie, on kiffe le groupe et l'auteur de la chro donc....

Le Motel, le 21 juin 2008

La Fête de la Musique, ça se passait au Motel, the place to be du côté
de Bastille, avec un Megasushi particulièrement affûté.

Marco s'est mis une chapska et des lunettes noires, ça lui donne un
air de grizzli branché, c'est ce qu'il faut de juste pour démarrer le
set. Bruno, à l'arrière, gonflé à bloc par un double café et deux
vodka tonics, joue sur une batterie qui n'est pas la sienne... A la
fin du show, ayant frappé comme un sourd, il rendra les baguettes
élimées jusqu'à la corde ! Quant à Jay B, impérial, son assise à la
basse impressionne, mélange de zénitude et de réelle concentration.

Une belle brochette de fans sont venus, dont le staff du clip Cheap
Lunettes, et pas pour voir des vedettes de sous-préfecture ! On sent
une franche camaraderie vibrer dans ce petit réduit par lequel on
entre via une affiche des Smiths.

« La magnifique et lamentable famille des nerveux est le sel de la
terre », disait Yves-Saint-Laurent. A entendre ces riffs coupés au
massicot, à juger des roulés de batterie au taquet, à se délecter des
arabesques à la quatre cordes, on ne peut qu'être d'accord avec cet
éternel dépressif : oui, les Megasushi sont des nerveux. Les compos,
plus je les entends, m'apparaissent comme des hymnes à la vie en
accéléré. La tragédie rôde toujours, il faut speeder pour échapper au
destin du Lego Man derrière un blouson vintage et une bonne dose de
fun. Je note quelque chose d'inattendu : en regardant Marco se
trémousser, je constate qu'il offre son corps tout entier à la foule :
s'il n'y avait la guitare pour camoufler son appendice mâle, on
appellerait la sécurité ! Passant la ligne d'arrivée haut à la main et
totalement rincés, il me confie qu'ils n'ont pas joué Autumn in Paris
en raison d'une rupture de corde. Tant pis, le slow, ça sera pour tard
car la maison brûle toujours chez les Sushis !

Dehors, c'est le premier jour de l'été et un temps lourd comme de la
crème au beurre fait suinter les aisselles. Le débriefing alcoolisé du
groupe se fait dans une ambiance bon enfant. Force est de constater
que, malgré une balance faite en trois minutes, le groupe a joué en
phase. On se dit que les Mega sont partis pour décrocher la timbale –
milanaise, of course !

Ben

Posté par kikala à 15:58 - Maneros aime - Commentaires [0] - Permalien [#]

y'en a que ça interesse

t'as un truc à dire